La Cagnole, monnaie locale complémentaire citoyenne de l’Yonne et alentours

Entretien avec les producteurs bio du Déjeuner sur l’Herbe à Toucy : Premier bilan du déménagement et perspectives.

Entretien réalisé par la Rédaction de Yonne Lautre le 15 novembre 2019
Lien vers le texte original.

Des agrobiologistes réunis à Toucy pour vous proposer
une gamme complète de produits certifiés dans leur magasin

Un Déjeuner sur l’Herbe
8 rue Paul Bert
89130 Toucy
Courriel : mag.prodbio gmail.com
Tél : 03.86.44.02.59
Site : http://biotoucy.com/

Nos horaires d’ouverture :
MARDI, MERCREDI de 9h30 à 12h30 et de 16h à 19h (18h30 en hiver)
VENDREDI de 9h30 à12h30 et de 16h à 19h
SAMEDI de 8h30 à 13h et de 15h à 18h
Règlement accepté :
>Espèces
>La Cagnole (*monnaie locale de l’Yonne)
>Chèque
>Carte Bancaire
>Virement bancaire
Comptoir de change la Cagnole

Rédaction de Yonne Lautre : "Le déjeuner sur l’herbe" vient de vivre une nouvelle étape avec le récent déménagement. Qu’est ce qui vous a fait prendre la décision de ce changement ?

Les producteurs du « Déjeuner sur l’herbe » : Nous n’avions pas une réelle volonté d’agrandissement, mais plutôt l’envie d’avoir un magasin plus fonctionnel et plus spacieux à la fois pour la clientèle et pour les personnes travaillant au magasin, producteurs et salariées.
"Le déjeuner sur l’herbe" s’est créé en mars 2003, il y a donc 16 ans, et l’an dernier, l’opportunité d’un local très proche s’est présentée, avec une surface plus importante, de plain-pied, avec un stockage beaucoup plus aisé sans avoir à descendre (et monter) des escaliers comme précédemment.

Quelle évolution du magasin entre vos productions locales et les produits proposés en complément ?

Il y a eu une réflexion pour savoir ce que l’on voulait faire de ce magasin :
Devenir une grande épicerie bio avec beaucoup de produits en achat-revente, comme certains clients nous le demandaient, ou rester un magasin de producteurs bio avec une gamme de produits achat-revente limitée.
Pour l’ensemble de notre groupe la deuxième option s’est rapidement imposée.

Produire localement peut comme cette année s’avérer compliqué, peu de fruits, conséquence des gels tardifs (donc moins de confitures, de jus de pommes etc…).
Avec la canicule et la sécheresse prolongée, les élevages ont manqué d’herbe.
Les légumes ont aussi souffert de ces aléas climatiques.
Nous avons eu des reproches concernant ces manques d’approvisionnement à certains moments. C’est là toute la difficulté d’être un magasin paysan avec un maximum de production locale.

Quels ont été les choix pour l’organisation du nouveau magasin ?

Notre choix principal a été de mettre en avant les produits des producteurs, en les identifiant mieux, en les regroupant par ilots et en mettant une meilleure signalétique (étiquettes producteurs de couleur).
Nous essaierons cet hiver de parfaire cette identification !
Le fait d’avoir plus de surface nous a permis de donner plus de visuel à certains produits qui étaient parfois un peu cachés à cause de l’exiguïté de l’ancien magasin. Certains clients ont découvert des produits que nous avions depuis longtemps mais qui étaient peu visibles.
Nous avons donc des produits identifiés « producteurs » qui sont fournis par des fermes situées dans un rayon de 40 km autour de Toucy. Ces producteurs font des permanences chaque semaine et sont impliqués dans la gestion du magasin.
A cela s’ajoute une vingtaine de dépôt-vendeurs qui complètent la gamme produits « producteurs ».
Enfin vient s’ajouter une gamme de produits de base en achat-revente.

Le vrac y est clairement mis en valeur, pourquoi  ?

Écologiquement, il faut limiter autant que possible les emballages. Il y a d’ailleurs une prise de conscience des consommateurs à ce sujet et il nous tenait à cœur de fournir un maximum de produits en vrac.
Plutôt que d’avoir des alignements de distributeurs en plastique, qui nous paraissaient assez froid d’aspect. Nous avons fait le choix de fabriquer des bacs en bois qui reçoivent directement des sacs de 25 kg. Les clients se servent avec des louches.
Leur fabrication n’a pas été des plus faciles pour des « non-pros » et ils seront sûrement améliorés, mais nous sommes malgré tout assez contents du résultat.

Pour les produits en complément, quels sont vos critères pour les choisir ?

Notre souhait de départ était que les clients puissent avoir un panier de base avec des produits courants qui ne sont pas ou ne peuvent pas être cultivés dans la région. (Café, chocolat, sucre etc.…) en plus de nos productions.
Au fil du temps quelques références se sont ajoutées parfois à la demande de nos clients.
Pour les critères de sélection, nous préférons donner la préférence aux petites structures et au commerce équitable lorsque c’est possible.
Si un producteur ou transformateur souhaite vendre ses produits au magasin nous lui donnons la priorité sur l’achat-revente.
Par exemple, depuis l’ouverture du magasin, nous avons des savons du Cher et de la lessive à base de cendre de bois de Saint-Privé, et nous accueillons à nouveau des fromages de chèvre de Bréviandes à Parly.
Mais nous avons toujours la volonté de limiter l’achat-revente car nous sommes avant tout un magasin de producteurs. Il faut que la majeure partie du chiffre d’affaire proviennent de la vente des produits de nos fermes.

La monnaie locale « la Cagnole » semble bien s’installer au magasin, pourquoi est-ce un plus ?

Nous avons rapidement adhéré à ce projet de monnaie locale. De plus nous sommes comptoir de change.
Il nous a semblé que c’était un peu le même objectif, une monnaie locale pour des produits cultivés, transformés et commercialisés dans la proximité.
Après quelques mois où il a fallu se familiariser avec cette monnaie, régler quelques problèmes de comptabilité, nous avons franchi un nouveau cap en réglant une partie des ventes mensuelles de trois producteurs qui l’ont souhaité en cagnoles (cela fait 4 mois que cela fonctionne).
L’idéal serait que d’autres suivent, pour que cela dynamise l’économie locale, tout en sortant un maximum d’euros du système bancaire.

Vers quoi voudriez tendre dans un futur proche ?

Nous allons dans l’immédiat régler les petits dysfonctionnements liés au changement de magasin. Quelques travaux sont prévus cet hiver.
Lors de la canicule des problèmes de stockage sont apparus, nous allons les régler, non pas par l’installation d’une climatisation, mais par des travaux d’isolation du plafond de la réserve.
Pour l’avenir un peu plus lointain, l’objectif est d’accueillir un maximum de producteurs afin d’étoffer notre gamme, avec toujours plus de produits locaux, par exemple un nouveau brasseur vient d’entrer au magasin en tant que dépôt-vendeur.
Toutes les idées sont les bienvenues (transformation – nouveaux produits…)

Nous aimerions communiquer plus, trouver des temps de discussions avec nos clients. Nous avons dans l’idée d’un moment convivial afin de remercier nos quarante six souscripteurs qui nous ont aidés au niveau trésorerie pour l’aménagement du nouveau magasin. Mais l’année 2019, avec les problèmes de sécheresse nous a fait repousser tous ces projets malgré tout chronophages !
De plus il y a des départs à la retraite, un récent et deux à venir, avec des jeunes qui prennent le relais.
Tout cela est plutôt positif et dans 16 ans nous verrons pour un prochain agrandissement !!!


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 34 / 114277

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation et actualités de nos partenaires  Suivre la vie du site Partenaires D   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.5 + AHUNTSIC

Creative Commons License